Loading…
avatar for Virginie Lemieux-Labonté

Virginie Lemieux-Labonté

Effet du Syndrome du Museau Blanc sur le Microbiome Cutané des Chauves-souris au Canada
Virginie Lemieux-Labonté, Anouk Simard, Craig R. Willis et François-Joseph Lapointe
UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL

Depuis 2006 plus de 6 millions de chauves-souris ont été décimées par le syndrome du museau blanc (SMB) en Amérique du Nord. Les mécanismes de cette maladie causée par le champignon Pseudogymnoascus destructans (Pd) ne sont pas parfaitement compris à ce jour et aucun traitement n’est encore disponible. Le microbiome, c’est-à-dire la communauté de microorganismes vivant en association avec un organisme hôte, peut assurer certaines fonctions essentielles pour son hôte, tel que la protection contre des pathogènes. Le champignon responsable du SMB infecte la peau des chauves-souris et doit obligatoirement interagir avec le microbiome cutané. De ce fait, des assemblages de taxons distincts au sein du microbiome pourraient expliquer les différences de résistance entre populations de chauves-souris. Dans ce contexte, cette étude est la première à explorer le microbiome cutané de chauves-souris dans des localités testées positives (Québec) et négatives (Manitoba) au SMB. L’étude a été réalisée dans des hibernacles au cours de l’hiver 2015-2016 sur des populations de petites chauves-souris brunes (Myotis lucifugus). Le microbiome cutané a été analysé par séquençage nouvelle génération de l’ADN ribosomal 16S. Nos résultats montrent que la localisation des populations a une influence prédominante sur la structure du microbiome cutané. Néanmoins, les genres Pseudomonas et Rhodococcus dont l’activité fongicide est reconnue étaient significativement plus abondants chez les populations retrouvées dans des zones affectées par le SMB. Nos résultats appuient l’hypothèse que le microbiome cutané des chauves-souris exposées au champignon Pd a été sélectionné afin de permettre une résistance à cette maladie.